Naviguer dans cette catégorie Le poème de l’heur…

Paludes


Je regardais mourir sur les marais salants, le soleil sur Sissable, sur Guérande et sur Batz, sur tout le pays blanc. Des couleurs refluaient rougissant vers l’étier, allumant dans le soir les tas épars de sel, éveillant, ça et là, le cri rugueux des mouettes ou d’un héron cendré. Des embruns de nuit s’accrochaient à

Actualités

Vidéo la plus récente

POEME LE PLUS RÉCENT

  • Les bravos, les vivats et les ovations

    Le prince qui nous gouverne a perdu ses repères. Il erre en bord de mer, sur le sentier côtier. Dans ce bruit de tempête, il se voit en Gradlon ! Des haies d’éléagnus le serrent sur son chemin. Il ne voit ni la houle, ni la côte, ni le vent.

Commentaires récents