POÉSIE, POLITIQUE, CULTURE ET MANAGEMENT…


Ce site est dédié à la poésie. Gageure, « vaste programme », tant la poésie est aujourd’hui délaissée. Ignorée, alors que « la société périra si la poésie s’éteint peu à peu » comme le rappelle Yves Bonnefoy, elle demeure au travers de bribes venues dans le meilleur des cas des restes de l’école, dans le pire, des textes étiques de chansons sans talent, sans lumière ni émotion. Demain, elle reprendra sa place. Préparons la.

C’est à la culture qu’elle appartient, celle que l’on dit générale mais qui demande pourtant à être singulière, celle qui voit « Aristote derrière Alexandre », celle qui ne prend pas le « Pirée pour un homme », celle qui situe Bossuet et Fénelon, invite Chopin et Tourgueniev à Nohant et fait un pont entre les guerres, celle d’Apollinaire et celle de Char, mais se souvient aussi de la bouderie d’Achille ou du Cimetière d’Eylau ! Celle qui sait qu’après Monet vient Soulages, qu’après eux d’autres viendront…

La place de la poésie est aussi dans la politique, entendue bien sûr dans son sens noble, lui aussi perdu comme la poésie elle-même, ni droite, car trop rigide dans un monde aux mille nuances, ni gauche car, selon ses synonymes, trop « sinistre et maladroite » dans un monde qui demande joie, habileté, certes, mais aussi variété des modes de représentation de la réalité.

Enfin, ce site tutoiera le management, management de « manège », art de conduire, de faire équipe et de faire corps, art politique s’il en est, art du produire, art du dessein…

Vous aimerez peut-être

Féminine campagne

Ecrire en Luberon

Vient de paraître !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Actualités

Vidéo la plus récente

POEME LE PLUS RÉCENT

  • Les bravos, les vivats et les ovations

    Le prince qui nous gouverne a perdu ses repères. Il erre en bord de mer, sur le sentier côtier. Dans ce bruit de tempête, il se voit en Gradlon ! Des haies d’éléagnus le serrent sur son chemin. Il ne voit ni la houle, ni la côte, ni le vent.

Commentaires récents